L’ascension américaine du mont Aora΄i

Troisième plus haut sommet de Tahiti, le mont Aora΄i a fait l’objet d’une expédition scientifique américaine en 1839. Son ascension est relatée pour la première fois par l’explorateur Charles Wilkes, dans un ouvrage intitulé Narrative of the United States’ Exploring Expedition during the Years 1838, 1839, 1840, 1841, 1842, Condensed and Abridged.
Si le mont Aora΄i, à Tahiti, est le troisième plus haut sommet de l’île (2066 m), il n’existait vraisemblablement aucun écrit le concernant jusqu’en 1839, date à laquelle l’officier et explorateur de la marine américaine Charles Wilkes[1] décide de faire le récit de l’ascension par ses co-équipiers. Ces hommes arrivent en septembre 1939 à Tahiti dans le cadre d’une expédition à caractères scientifique et cartographique commandée par le secrétaire à la Marine des États-Unis. L’explorateur est le commandant de la United States Exploring Expedition (1838-1842) composée de six navires[2]. Relevé des ports, cartographie des côtes, mais aussi mesure des plus hauts sommets de Tahiti sont au programme…
C’est ainsi qu’une expédition est organisée pour l’ascension du mont Aora΄i comme le raconte Charles Wilkes dans son ouvrage qui semble très précis, bien que comportant quelques contradictions. Le point de départ mentionné du circuit emprunté par l’équipe, est « à l’arrière de Papeete », mais l’ascension se fait en réalité par la crête qui part du col du Tahara΄a plus communément appelée « cité Jay ». La descente, elle, se fait par une autre crête, le chemin actuellement emprunté pour atteindre le mont Aora΄i, depuis le Belvédère, à Pirae. Voici quelques extraits du récit :
« Après le départ du Vincennes, un groupe du Peacock, composé de M. Dana[3] et de quelques autres personnes, a obtenu du capitaine Hudson l’autorisation de partir pendant cinq jours, avec le projet de gravir le mont Aora΄i. Ils ont commencé l’ascension immédiatement à l’arrière de Papeete[4] et, à midi le deuxième jour, ils avaient atteint une altitude de 1 524 mètres, où ils se trouvaient sur une plate-forme d’environ douze pieds carrés[5] ; de là, ils avaient la vue sur la vallée de Matavai[6] à l’est, 600 mètres plus bas ; à l’ouest, ils surplombaient la vallée de Toanoa[7], une gorge d’environ 300 mètres de profondeur ; au sud, la plate-forme sur laquelle ils se trouvaient, était reliée par une étroite crête au mont Aora΄i, qui n’était apparemment pas très loin devant eux. À cet endroit, ils ont été obligés d’y passer la nuit en raison d’un brouillard qui les enveloppait. Les guides ne voulaient pas les conduire plus en avant, refusant d’avancer sur le dangereux chemin jusqu’à ce que les nuages disparaissent.
Le lendemain matin, le temps était clair et ils poursuivirent leur progression le long d’une crête d’une largeur maximale de 60 à 90 centimètres, avec de chaque côté un précipice de 600 mètres. De cette crête, en regardant vers le sud, le mont Aora΄i semblait être un sommet conique ; mais à son approche, il s’est avéré que c’était une paroi verticale. Le seul accès était un sentier étroit, avec de chaque côté des précipices, qui surpassait en pente ceux qu’ils avaient déjà franchis. La largeur de la crête dépassait rarement 60 centimètres ; et dans certains cas, ils s’asseyaient dessus à califourchon, ou étaient obligés de se mettre à quatre pattes pour traverser les broussailles. Enfin, ils atteignirent le sommet, où ils trouvèrent à peine de la place pour se retourner. La crête ne se prolongeait que sur une courte distance et était ensuite coupée par la vallée de Punaauia[8].
Du sommet d’ Aora΄i [9], ils avaient une vue magnifique; au sud, elle fut rapidement délimitée par les pics d’Orohena[10] et de Pitohiti[11], dont les versants escarpés s’élevaient de la vallée située au-dessous d’eux ; à l’est, ils avaient la succession de crêtes et de gorges qui caractérisent les paysages tahitiens ; à l’ouest, Mo΄orea [et Tetiaroa][12] se détachaient à l’horizon de la mer par une série de crêtes déchiquetées ; au nord, ils dominaient la plaine parsemée de bosquets de cocotiers et d’orangers ; et sur le port, avec ses navires et les récifs de coraux qui l’entourent.(…) »
Charles Wilkes précise dans son récit que peu de Tahitiens à l’époque se sont rendus au sommet, ces derniers s’arrêtant généralement à hauteur des zones fruitières. Plus haut le passage est difficile d’accès et l’eau rare. « Le manque d’eau qui, après quelques jours de temps sec, se fait rare même dans les vallées élevées, était une contrainte supplémentaire. Il est recommandé aux futurs voyageurs qui se rendent dans les montagnes de Tahiti de prendre des dispositions pour pallier cet inconvénient. Le groupe était tellement affligé que de profiter de la rosée sur les feuilles était comme un luxe. »
Cette ascension permet également de lever le voile sur la nature géologique de l’île : « M. Dana a signalé que la visite à Aora΄i avait définitivement conclu un point discutable de l’origine géologique de l’île. Il n’a trouvé sur son sommet ni coraux ni « coquilles à vis » », souligne dans ses écrits Charles Wilkes.
Texte : à partir de l’étude de Robert Veccella et des extraits de l’ouvrage de Wilkes Charles, Narrative of the United States’ Exploring Expedition during the Years 1838, 1839, 1840, 1841, 1842, Condensed and Abridged, édité à Londres en 1845 chez Whittaker and Co. – Photos : droits réservés SPAA – Archives PF
 

Le journal mensuel gratuit d’informations culturelles Hiro’a du mois de juillet (N°142) est sorti. Disponible aux points habituels ou bien téléchargeable depuis le site www.Hiroa.pf ou les autres sites partenaires.

Au sommaire : – guillaume Molle, Émilie Nolet et Louis Lagarde, chercheurs du centre international de recherche archéologique sur la Polynésie, – Sports et tradition, – Deux pirogues au mouillage à Nantes, – Deux livres pour héritage, – Te tahi mau fa’a’ohipara’a nō te ’ie’ie, te ’ō’aha, te ’ōfeo ’e te ’ofe – Un dauphin d’acier pour veiller sur les siens, – Le chant porte sa voix au Heiva i Tahiti, – Le musée de Tahiti et des îles se met au reo tahiti, – Quatre nouveaux titulaires de la carte d’artiste professionnel, – L’ascension américaine du Mont Aora’i, – Avenue Pōmare V, hommage au dernier roi de la dynastie Pōmare, – Redécouvrir le tiki a Moke.
Quand le pont de la Papenoo se cherchait un nom. Article à retrouver également dans le magazine culturel (version papier ou numérique) du mois de juin, n°141.   Ces dernières années, des épisodes pluvieux ont par deux fois entraîné des inondations importantes sur la côte est. On oublie qu’autrefois ces événements se répétaient plusieurs fois dans l’année, isolant les districts de Tiarei et Hitiaa. En 1918, le gouverneur Gustave Julien se mobilise pour la construction d’un pont à Papenoo afin de permettre l’essor agricole de ces terres généreuses. Pour le remercier de son engagement, nombreux voulurent le baptiser Julien…   Le 25 juin 1918, le gouverneur Julien débute une « tournée agricole » autour de l’île de Tahiti. Le compte rendu commence à paraître dans le Journal officiel des établissements français d’Océanie du 1er septembre 1918. Ainsi, on peut y lire que le gouverneur s’est longuement arrêté à Papenoo afin de visiter les travaux préparatoires du pont qui doit surplomber la rivière. Une rivière qui « tant de fois, au cours de l’année, coupe les communications avec les districts de Tiarei et de Hitiaa. Cette rivière torrentueuse est celle qui roule, à l’époque des pluies, le plus gros volume d’eaux. En quelques instants elle gonfle au point de rendre impossible toute tentative pour la traverser. Ces crues durent parfois plusieurs jours ». Pour le gouverneur, il s’agit, avec la construction de cet édifice (décidé au moment de l’établissement du plan de campagne de 1918), de remédier à une situation néfaste pour le développement agricole d’une partie de l’île. « Si les travaux marchent normalement et que la main-d’œuvre ne fasse pas défaut, le pont de Papenoo pourra être ouvert à la circulation avant la fin de l’année. Il contribuera largement à la renaissance agricole d’une région restée trop longtemps négligée, presque abandonnée. »   Un nom pour le pont   Alors que son achèvement semblait proche, apparut l’idée d’attribuer au pont un nom. Edouard Ahnne, le président de la Chambre d’agriculture de l’époque, propose immédiatement le nom du gouverneur : « (…) dès son arrivée dans la Colonie, M. le gouverneur Julien, malgré tant d’autres préoccupations plus graves, s’est constamment occupé de développer et d’améliorer les voies de communication. Les agriculteurs ont été les premiers à bénéficier de ces améliorations qui leur permettent de transporter leurs produits au chef-lieu d’une manière plus sûre et plus rapide. La construction du pont de Papenoo constitue un avantage inestimable pour tous les propriétaires de la côte est de Tahiti. Il ne serait que juste que le nom de celui qui a eu l’initiative de ce beau travail, qui a fait tous ses efforts pour le mener rapidement à bonne fin, y restât attaché de manière durable. » Cette demande est appuyée par celle du chef du service judiciaire, Hector Simoneau, lui-même plusieurs fois confronté à la dangerosité des cours d’eau à traverser à gué, notamment à Tautira et à Papenoo. « Plus d’une fois, (…) les harnais de sa voiture ont été brisés par la violence du courant et il n’est sorti de ces mauvais pas que grâce au dévouement d’indigènes accourus pour lui porter assistance », peut-on lire dans un document archivé au SPAA. Faua, président du conseil des districts, représentant la population de Tiarei y est également favorable et le fait savoir en tahitien dans un courrier adressé au gouverneur : « Attendu que ce pont sera pour nous d’un grand secours, capable d’améliorer sérieusement la situation des habitants ; « Attendu que jusqu’à l’ouverture des travaux de construction du pont, nous pouvions nous considérer comme délaissés et que grâce à votre initiative, vous venez d’ouvrir toute grande notre route ; « Attendu que de l’avis de toute la population du district et le mien, le nom des bienfaiteurs ne peut et ne doit être laissé dans l’oubli […] »   Événements climatiques et retard   Malgré ces marques de reconnaissance, le gouverneur Julien n’y est pas favorable, arguant que « l’œuvre éphémère ou durable d’un gouverneur ne se juge bien qu’avec le recul du temps ». Les événements lui donneront raison. À la fin de l’année 1918, l’inauguration du pont de Papenoo passe en arrière-plan de l’actualité. En effet peu après l’annonce de la Victoire et l’armistice du 11 novembre, la grippe espagnole s’abat sur Tahiti et met, pour plusieurs semaines, un coup d’arrêt à toutes les entreprises humaines. Dans le JO des EFO du 1er janvier 1919, le gouverneur déclare « qu’il y a nécessité de prolonger jusqu’au 28 février 1919 la durée de la période pendant laquelle devront être exécutés, dans la limite des crédits ouverts, les travaux et fournitures ci-dessous : […] Construction de ponts sur les deux bras de la rivière Papenoo […] » Mais le mauvais sort semble s’acharner. Un épisode pluvieux s’abat sur l’île la dernière semaine de janvier et la première de février causant des dommages considérables. « […] Les travaux en cours d’exécution, le pont de Papenoo en particulier, ont été plus particulièrement éprouvés. Ce dernier ouvrage, contre lequel sont venus s’amonceler des quantités de gros arbres entraînés par le courant, a été miné par les affouillements à ses deux extrémités. Trois culées, deux sur la rive gauche et une sur la rive droite, ont été démolies. Le lit de la rivière, complètement transformé, ne permettra pas la réédification de l’ouvrage tel qu’il avait été primitivement conçu : il faudra vraisemblablement franchir les deux principaux bras de la Papenoo par le moyen d’un tablier-cage en fer d’une plus grande portée. Ce qui reste de l’ouvrage est parfaitement utilisable mais les communications d’une rive à l’autre, qui étaient près d’être assurées, ne le seront évidemment plus que lorsque l’introduction dans la Colonie des fers et aciers nécessaires à ces genres de construction sera redevenue possible », peut-on lire dans le JO des EFO du 15 février 1919.   Le gouverneur Julien, sur le départ, en appelle alors au courage pour poursuivre les travaux, soulignant que de manière générale le développement des infrastructures a provoqué « une recrudescence de vie » sur l’île avant de conclure ainsi : « […] Au travail, donc, avec courage et sans jamais vous rebuter. Soyez les poilus de la mise en valeur des trésors de vos îles. »   L’ouvrage sera finalement inauguré neuf ans plus tard, en 1928, et porte encore le nom de « pont de la Papenoo ». Légende photo du pont : pont de papenoo – côté Tiarei – 12 janvier 1926 (droits réservés SPAA – Archives PF) Service du patrimoine archivistique et audiovisuel (SPAA) – Te piha faufa’a tupuna Rencontre avec Sébastien Damé, responsable du département du patrimoine audiovisuel multimédia Internet au sein du Service du patrimoine archivistique et audiovisuel. Texte : à partir de l’étude de Michel Bailleul.
Le journal mensuel gratuit d’informations culturelles Hiro’a du mois de juin (N°141) vient de sortir. Disponible aux points habituels ou bien téléchargeable depuis le site www.Hiroa.pf ou les autres sites partenaires. Au sommaire : – Dix questions à Myrna Tuporo, dite Mama Iopa, présidente du jury du Heiva i Tahiti 2019 – Cinematamua fait son festival – Un club de lecture à la bibliothèque – ‘Ori i Tahiti célébrera Âià sur le marae Arahurahu – C’est parti pour le 25e Heiva des écoles ! – Te tahi mau fa’a’ohipara’a nō te ’ava, te ’ava’ava-i-ra’i ’e te ’āvaro – 31e Heiva Rima’i : rendez-vous avec les traditions – L’épopée de Tu Makinokino racontée par le Conservatoire – Quand Cook et Banks rencontrèrent Tupaia – Atelier : jouez les apprentis pilotes – Des sociétés spécialisées au chevet des ti’i/tiki – CMA : premières promotions pour des diplômes nationaux – Aide aux associations culturelles : le Casa étudie vos projets – Quand le pont de la Papenoo se cherchait un nom
Bonne lecture à toutes et à tous !
Le journal mensuel gratuit d’informations culturelles Hiro’a du mois de mai. Disponible aux points habituels ou bien téléchargeable depuis le site www.Hiroa.pf ou les autres sites partenaires. Au sommaire : – dix questions à Viri Taimana, directeur du Centre des métiers d’art – L’art marquisien s’installe à Ma-ma’o – Concert To’are : baptême du feu pour Eono – Matières, motifs et mandalas – Hina, Maui… un mythe au théâtre – Te tahi nau fa’a’ohipara’a faufa’a nō te ‘aute ‘e te ‘autī – Une autre idée de la nacre – Une carte de Pape’ete datant de 1897 révèle ses secrets – Soirée disco pour les 40 ans du Conservatoire ! – Artisan entrepreneur, ça s’apprend ! – Le maro ‘ura ou le retour d’un symbole royal en Polynésie – Les grands ti’i de Ra’iva-vae restaurés – L’avenue Pierre Loti, hommage à l’écrivain voyageur – Tramway à Tahiti : un projet nommé Désir + programme + actus + zoom sur ….
Bonne lecture à tous !
Au sommaire :
  • à définir
  • gagnant du Fifo
  • Les concerts du CAPF
  • Partenariat MCE/DCP
  • Expo ISLV (ART)
  • Le Comedy show (TFTN)
  • Accueil d’artistes tongiens au CMA
  • Le travail de l’artisan J-Y Tuihaa sur la fibre
  • En attente d’une pièce du musée
  • Heiva Taure’a
  • Gestion des trésors polynésiens/rappel du code (DCP)
  • Une « notude » sur le commandant Destremau (SPAA)
  • RDV Taputapuatea : la nouvelle signalétique
  • Convention DCP avec
  • La rue de Gaulle (SPAA)
  • Le jeu du patrimoine – test
  • Les rendez-vous 2019 de l’artisanat
  • Tuto pas de danse (CAPF)
  • Festival du ‘uru (TFTN)
  • VAI (TFTN)
  • Spectacle Annie Fayn (TFTN)
  • Visionnage (SPAA)
  • Fifo
  • Expo Hoho’a
  • Atelier du dimanche au musée
  • Bijouterie d’art St Valentin
Au sommaire :
  •  Dix questions à Carl Aderhold, président du jury du Fifo 2019
  • Spécial séniors/matahiapo : voici l’atelier remue-méninges ! Les professeurs entrent en scène Une soirée consacrée au plaisir de lire Le tressage à portée de toutes les mains En 2019, vivez de nouvelles expériences culturelles
  • Eiao : le riche travail de Michel Charleux intègre la DCP
  • Taputapua-tea a son timbre !
  • Entre tradition et modernité : une pirogue télécommandée
  • Le Fifo au coeur des civilisations océaniennes
  • Une plongée dans l’histoire polynésienne
  • Les ossements de Iipona livrent leurs premiers secrets
  • E aha te parau no- te MARAE ?
  • Qu’est-ce que le MARAE ?
  • François Cardella, un Corse dans les rues de Papeete
  • Lettres noires sur toiles blanches
  • Tahe Drollet invité en résidence à Vent des forêts en Lorraine
  • Ho – ho’a, regards croisés sur la Polynésie
  • 40 ans de musique

« Le mois de juillet est un mois de fête. Après les jeunes élèves des écoles, au tour des troupes de danse de faire le show. Pour cette édition 2017, le Heiva i Tahiti fait la part belle aux hīmene avec 16 groupes de chants mais aussi à la catégorie amateur Hura ava tau pour le ‘ori tahiti. À partir du 6 juillet, douze groupes seront sur la scène de To’ata : huit en Hura ava tau et quatre chez les professionnels Hura tau. Au-delà du concours, l’autre moment très attendu du public et des participants concerne la soirée de la remise des prix. Le 19 juillet, les organisateurs honoreront le groupe Temaeva fondé et dirigé par Coco Hotahota. En 55 ans d’existence, cette troupe a marqué de son empreinte le Heiva en multipliant les récompenses et les prises de position. Le Heiva ne s’arrête pas uniquement à un concours de danses et de chants, c’est aussi un moment de communion entre une population et sa culture. Marche sur le feu, sports traditionnels, artisanat, spectacle sur le marae, autant de moments à partager en ce mois festif de juillet. Autre temps fort : le spectacle au marae‘Ārahurahu à Pā’ea. Coco Hotahota fait son grand retour sur le marae avec « Te Hau pahu nui », un spectacle traditionnel racontant l’alliance de trois chefferies.

Le mois de juillet est aussi très attendu par le Service de la Culture et du Patrimoine et par un grand nombre de personnes impliquées dans notre culture. Après des années de dur labeur, de nombreuses étapes franchies, une expertise rigoureusement menée, et un travail d’équipe acharné, la candidature du « Paysage culturel Taputapuātea » à l’inscription sur la liste des biens du Patrimoine Mondial pourrait bien connaître son dénouement. En avril dernier, le Ministère de la Culture a reçu la confirmation que notre candidature serait maintenue à l’ordre du jour de la 41e session du Comité du Patrimoine mondial qui doit se tenir du 2 au 12 juillet, à Cracovie en Pologne. Depuis, la délégation se prépare à y participer. Nous sommes là, de tout cœur derrière eux, pour les soutenir dans ce grand moment historique pour notre fenua. »

Premier journal culturel mensuel gratuit de Polynésie française, Hiro’a est l’expression de la synergie entre 7 établissements et services devenus partenaires sous la tutelle du Ministère de la Culture. Né en septembre 2007 et tiré à 5 000 exemplaires en quadrichromie, retrouvez-le dans les grandes surfaces, hyper et supermarchés, librairies, hôtels, mairies etc., ou téléchargez-le, comme près de 2 000 internautes chaque mois, sur les sites suivants : www.conservatoire.pf, www.museetahiti.pf, www.culture-patrimoine.pf, www.cma.pf, www.maisondelaculture.pf et www.artisanat.pf

Découvrez vite ce nouveau numéro sur www.hiroa.pf !

Découvrez le Hiro’a du mois de juillet disponible en téléchargement sur le site de la Maison de la Culture

Viv(r)e le patrimoine

L’art raconte l’histoire des peuples, véhicule des messages, dévoile des pratiques, explore des univers. Il interroge, critique, bouleverse. Jusqu’à ce jour, en Océanie, il a toujours existé un déséquilibre entre l’art traditionnel et l’art contemporain. Le premier a su attirer les curieux du monde entier. En Polynésie française, le succès rencontré est tel qu’il dépasse depuis longtemps les frontières. L’art contemporain, lui, est resté plus timide, plus discret. Aujourd’hui, il commence à s’affirmer et s’exporter, mais il reste encore difficile, en particulier pour la jeunesse, d’interroger et de critiquer sa culture et son patrimoine, puis de l’exprimer à travers un médium. Le Centre des Métiers d’Art est là pour les guider. Avec nos cousins Néo-Zélandais, ils sont d’ailleurs à l’origine du premier grand rassemblement d’artistes contemporains d’Océanie : le Pūtahi. Depuis 2010, artistes confirmés et en devenir se rencontrent durant une quinzaine de jours pour partager leur savoir et savoir-faire, leur culture et leur patrimoine, leurs visions et leurs histoires. Cette année, le Pūtahi se déroule à Tahiti et accueille des petits nouveaux avec des artistes de Rarotonga et de Nouvelle-Calédonie. La grande famille de l’Océanie s’élargit et c’est tant mieux !.

Comprendre et connaître son patrimoine pour se réaliser et avancer. Les navigateurs hawaïens de la pirogue double traditionnelle Hōkūle’a l’ont bien compris. Après trois ans de voyage autour du monde, la pirogue est revenue dans le berceau du Triangle polynésien, Taputapuātea. Les Hawaïens rentrés chez leurs aînés ont été accueillis avec une cérémonie digne des Polynésiens. Les traditions ont été respectées, les ancêtres ont été célébrés, la culture a vibré. La boucle est bouclée mais le partage et la transmission se perpétuent..

Le partage et la transmission. Deux mots indissociables de la musique et du rôle du Conservatoire Artistique de Polynésie française. Ce mois de juin, l’établissement ouvre ses portes et invite le public à venir partager un moment privilégié avec ses élèves pour la fête de la musique. Un peu avant, il offrira l’un des plus beaux moments de l’année : le Gala. Avec pour thème cette année… La transmission !.

On vous le dit, pour ce mois de juin, la culture est dans tous ses états !.

Premier journal culturel mensuel gratuit de Polynésie française, Hiro’a est l’expression de la synergie entre 7 établissements et services devenus partenaires sous la tutelle du Ministère de la Culture. Né en septembre 2007 et tiré à 5 000 exemplaires en quadrichromie, retrouvez-le dans les grandes surfaces, hyper et supermarchés, librairies, hôtels, mairies etc., ou téléchargez-le, comme près de 2 000 internautes chaque mois, sur les sites suivants : www.conservatoire.pf, www.museetahiti.pf, www.culture-patrimoine.pf, www.cma.pf, www.maisondelaculture.pf et www.artisanat.pf

Découvrez vite ce nouveau numéro sur www.hiroa.pf !

Découvrez le Hiro’a du mois de juin disponible en téléchargement sur le site de la Maison de la Culture

Viv(r)e le patrimoine

Alors que le fil des manifestations annuelles incontournables se tisse encore à travers le Hura Tapairu, le salon Lire en Polynésie, Mono’i Here ou le salon des Marquises et celui des Tuamotu-Gambier, ce mois de novembre donne également le coup d’envoi du 2ème Heiva Tārava, consacré cette année aux Raromata’i. Une fin d’année qui s’annonce donc riche et dense en rendez-vous capables d’éveiller la curiosité et de satisfaire tout un chacun, au gré de ses goûts et de ses envies.

Qu’il s’agisse du plus créatif des concours de danses traditionnelles, de l’énergie d’un festival de hīmene, des salons du livre, du mono’i et des Marquises, de l’exposition TIKI ou du stage international de pratique des arts traditionnels, tous ces événements participent à la richesse et à la diversité de l’offre culturelle polynésienne.

Notre Pays se nourrit aussi de ses traditions et de ses trésors qu’il sait valoriser et conserver, à l’instar de la péninsule Matahirai’terai de Taputapuātea qui vient d’être classée par le gouvernement. Des spécificités que nos forces vives revisitent et réinventent pour écrire une nouvelle page de l’histoire : le précieux tifaifai devient robe, les ouvrages les plus anciens sont numérisés pour être plus accessibles, les objets de l’exposition TIKI prennent vie…

Découvrez dans ce 110ème numéro de Hiro’a ces multiples sujets et rendez-vous porteurs de la même ambition : le partage de notre culture

Premier journal culturel mensuel gratuit de Polynésie française, Hiro’a est l’expression de la synergie entre 7 établissements et services devenus partenaires sous la tutelle du Ministère de la Culture. Né en septembre 2007 et tiré à 5 000 exemplaires en quadrichromie, retrouvez-le dans les grandes surfaces, hyper et supermarchés, librairies, hôtels, mairies etc., ou téléchargez-le, comme près de 2 000 internautes chaque mois, sur les sites suivants : www.conservatoire.pf, www.museetahiti.pf, www.culture-patrimoine.pf, www.cma.pf, www.maisondelaculture.pf et www.artisanat.pf

Découvrez vite ce nouveau numéro sur www.hiroa.pf !

Découvrez le Hiro’a du mois d’octobre disponible en téléchargement sur le site de la Maison de la Culture

Viv(r)e le patrimoine