Ministre à Gouverneur au sujet du rappel de Bruat 1846

Dans son livre Histoire de la Polynésie orientale, paru en 1910, Eugène Caillot écrit qu’en 1846, le Gouvernement français manifestait « de plus en plus son mécontentement de la façon dont les affaires de Tahiti étaient conduites. Au début du Protectorat, il avait cru à une occupation facile, puis à une guerre d’une courte durée ; maintenant que celle-ci se prolongeait, il s’en prenait à ses officiers, les accusant de l’avoir mal renseigné et jetant un doute sur leurs capacités. Les hostilités continuant, après tant de combats, la mauvaise humeur du roi Louis-Philippe et de ses ministres avait fini par éclater : le rappel du gouverneur Bruat avait été décidé. Néanmoins, comme il était impossible de nier le dévouement de l’illustre officier de marine, on l’avait nommé contre-amiral, tout en lui donnant un successeur dans le Gouvernement des Établissements français de l’Océanie et dans le Commissariat du Roi près la Reine des Îles de la Société. Par une ordonnance royale en date du 6 septembre 1846, le capitaine de vaisseau Lavaud avait été nommé à ces fonctions, et celui-ci était parti de Brest sur la frégate La Sirène, le 14 novembre ».

Ces lignes laissent à penser qu’à Paris, sans mettre en doute le « dévouement » de Bruat, on mettait en doute ses compétences, et l’on décida de le remplacer tout en le récompensant.

Les lettres du Ministre (le baron de Mackau) des 26 mai 1846 (adressée au Capitaine de Vaisseau Bruat, reçue le 6 novembre) et 18 octobre 1846 (adressée au Contre-amiral Bruat, reçue le 25 mars 1847) donnent une autre vision de l’affaire.

« Paris le 26 mai 1846. – Monsieur le Gouverneur, j’ai appris avec beaucoup de regret, par votre lettre du 16 décembre [1845], votre désir de rentrer en France

Ainsi dès la fin de 1845, Bruat a fait une demande de rapatriement. Le Ministre semble sincèrement désolé, d’une part, et d’autre part lui demande du temps pour « vous chercher un successeur capable de continuer l’œuvre à laquelle vous vous êtes dévoué depuis trois ans» . Bruat a également demandé d’être accompgné des officiers qui constituaient son état-major. « e statuerai alors, écrit le Ministre, aussi favorablement que je croirai pouvoir le faire» sur cette requête. Enfin il lui redit sa confiance pour qu’il continue, en attendant, de s’acquitter de ses importantes fonctions « avec la plénitude de dévouement que vous y avez jusqu’à présent déployée» .

La lettre du 18 octobre informait Bruat que son successeur serait Lavaud[1], accompagné « d’un lieutenant de vaisseau chef d’état-major, d’un capitaine au corps royal d’état-major, d’un secrétaire ; en sorte que les officiers qui ont occupé auprès de vous ces mêmes fonctions pourront, ainsi que vous l’avez demandé, effectuer leur retour en France en même temps que vous». Le Ministre exprimait à nouveau son « entière satisfaction pour le dévouement et la capacité avec lesquels vous avez rempli les importantes fonctions que le gouvernement du Roi vous avait confiées</».

Bruat se montra digne des éloges reçus. En décembre 1846, les derniers « insurgés » se rendirent, et les hostilités prirent fin officiellement le 1er janvier 1847. En février, il accueillait la Reine à Tahiti et lui rendait les honneurs. À son arrivée le 21 mai, Lavaud trouva un pays apaisé.

Bruat, sa famille et son état-major quittèrent Tahiti le 31 mai 1847 à bord de L’Uranie.

De retour en France, il fut préfet maritime de Toulon, puis gouverneur des Antilles. Amiral, Sénateur, il fut nommé commandant en chef de la flotte de la Mer Noire pendant la guerre de Crimée. Il y contracta le choléra et mourut le 19 décembre 1855.

Sa veuve, qui reçut plusieurs lettres de la Reine Pomare, fut nommée gouvernante de la maison des enfants de France.

Fonds Du Gouverneur 120
Fonds Du Gouverneur 293
Fonds Du Gouverneur 294
Histoire De La Polynésie Orientale Page 259

[1] En 1833, Lavaud commandait un navire à la station des Antilles sous les ordres de l’amiral de Mackau. De 1840 à 1843, il a commandé la station de Nouvelle-Zélande (à Akaroa).

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.