Avenue Pōmare V, hommage au dernier roi de la dynastie Pomare

Pōmare V, roi à la vie dissolue pour l’époque et peu intéressé par la vie politique, abdiqua en faveur de la France, en 1880. Une avenue de Pape‘ete porte encore son nom aujourd’hui.
Teri΄i Tari΄a Tera΄atane Pōmare est le dernier roi de la dynastie Pōmare, et tout naturellement une avenue de Pape’ete porte son nom. Celle-ci traverse le quartier Faariipiti, s’étend sur 1,2 km à partir du quartier Vaininiore au niveau du pont de la rivière Papeava, jusqu’au cours de l’Union sacrée qui la coupe perpendiculairement. Elle est parallèle à deux autres avenues qui portent, elles aussi, des noms polynésiens prestigieux : l’avenue du chef Vaira΄atoa et celle du Prince Hinoi.
La dénomination de cette nouvelle avenue, quarante-cinq ans après la mort du roi, a fait l’objet d’un arrêté municipal le 5 octobre 1937. Signé par le maire de la commune, Georges Bambridge, cet arrêté concerne tout le quartier de Faariipiti avec la dénomination de six nouvelles avenues, quatre rues et un square.
Un mariage politique
Teri΄i Tari΄a Tera΄atane (1839-1891) est le fils cadet de Pōmare IV. Il prend le nom de son frère aîné Ari΄i aue décédé en 1855 d’une infection pulmonaire. En 1857, il épouse la fille du roi de Huahine, la princesse Tamarii a Teururai. Quatre ans plus tard, le couple divorce. Le jeune prince, alors célibataire, a une vie assez dissolue pour l’époque selon les ouvrages historiques. Rattrapé par son rang quelques années plus tard, il est contraint de contracter un mariage politique et épouse sa très jeune cousine Joanna-Marau Salmon (elle a 15 ans et lui 36) le 28 janvier 1875. Les mariés vivent peu ensemble et la jeune épouse repart rapidement chez ses parents, laissant son mari reprendre sa vie débridée. Le 24 septembre 1877, après la mort de la reine Pomare IV, il est couronné et devient Pomare V.
Abdication et héritage
En mars 1879, Marau accouche d’une petite fille. Le roi, dans un premier temps, refuse de reconnaître l’enfant, avant de s’y soumettre, la loi française interdisant de désavouer un enfant né d’un mariage. En revanche, la loi l’autorise à priver d’héritage cette petite fille en supprimant la royauté de Tahiti. La France négocie dans ce sens via le commandant Isidore Chessé dans ce sens pour renforcer sa présence dans l’Océanie et transformer définitivement le protectorat en colonie. Le roi Pomare, avec quelques chefs qui lui sont favorables, accepta de placer son peuple sous l’administration française, sans prendre peut-être toute la mesure de son acte. L’annexion du royaume de la Société et dépendances par la France fut prononcée le 29 juin 1880, réglant ainsi les différents familiaux du roi qui divorce en 1888, mais aussi ses nombreuses dettes. Pomare V meurt le 12 juin 1891 et est inhumé à l’intérieur d’un mausolée connu sous le nom de Tombeau du Roi, à la pointe Outuai΄ai, à Arue.

L’ascension américaine du mont Aora΄i

Troisième plus haut sommet de Tahiti, le mont Aora΄i a fait l’objet d’une expédition scientifique américaine en 1839. Son ascension est relatée pour la première fois par l’explorateur Charles Wilkes, dans un ouvrage intitulé Narrative of the United States’ Exploring Expedition during the Years 1838, 1839, 1840, 1841, 1842, Condensed and Abridged.
Si le mont Aora΄i, à Tahiti, est le troisième plus haut sommet de l’île (2066 m), il n’existait vraisemblablement aucun écrit le concernant jusqu’en 1839, date à laquelle l’officier et explorateur de la marine américaine Charles Wilkes[1] décide de faire le récit de l’ascension par ses co-équipiers. Ces hommes arrivent en septembre 1939 à Tahiti dans le cadre d’une expédition à caractères scientifique et cartographique commandée par le secrétaire à la Marine des États-Unis. L’explorateur est le commandant de la United States Exploring Expedition (1838-1842) composée de six navires[2]. Relevé des ports, cartographie des côtes, mais aussi mesure des plus hauts sommets de Tahiti sont au programme…
C’est ainsi qu’une expédition est organisée pour l’ascension du mont Aora΄i comme le raconte Charles Wilkes dans son ouvrage qui semble très précis, bien que comportant quelques contradictions. Le point de départ mentionné du circuit emprunté par l’équipe, est « à l’arrière de Papeete », mais l’ascension se fait en réalité par la crête qui part du col du Tahara΄a plus communément appelée « cité Jay ». La descente, elle, se fait par une autre crête, le chemin actuellement emprunté pour atteindre le mont Aora΄i, depuis le Belvédère, à Pirae. Voici quelques extraits du récit :
« Après le départ du Vincennes, un groupe du Peacock, composé de M. Dana[3] et de quelques autres personnes, a obtenu du capitaine Hudson l’autorisation de partir pendant cinq jours, avec le projet de gravir le mont Aora΄i. Ils ont commencé l’ascension immédiatement à l’arrière de Papeete[4] et, à midi le deuxième jour, ils avaient atteint une altitude de 1 524 mètres, où ils se trouvaient sur une plate-forme d’environ douze pieds carrés[5] ; de là, ils avaient la vue sur la vallée de Matavai[6] à l’est, 600 mètres plus bas ; à l’ouest, ils surplombaient la vallée de Toanoa[7], une gorge d’environ 300 mètres de profondeur ; au sud, la plate-forme sur laquelle ils se trouvaient, était reliée par une étroite crête au mont Aora΄i, qui n’était apparemment pas très loin devant eux. À cet endroit, ils ont été obligés d’y passer la nuit en raison d’un brouillard qui les enveloppait. Les guides ne voulaient pas les conduire plus en avant, refusant d’avancer sur le dangereux chemin jusqu’à ce que les nuages disparaissent.
Le lendemain matin, le temps était clair et ils poursuivirent leur progression le long d’une crête d’une largeur maximale de 60 à 90 centimètres, avec de chaque côté un précipice de 600 mètres. De cette crête, en regardant vers le sud, le mont Aora΄i semblait être un sommet conique ; mais à son approche, il s’est avéré que c’était une paroi verticale. Le seul accès était un sentier étroit, avec de chaque côté des précipices, qui surpassait en pente ceux qu’ils avaient déjà franchis. La largeur de la crête dépassait rarement 60 centimètres ; et dans certains cas, ils s’asseyaient dessus à califourchon, ou étaient obligés de se mettre à quatre pattes pour traverser les broussailles. Enfin, ils atteignirent le sommet, où ils trouvèrent à peine de la place pour se retourner. La crête ne se prolongeait que sur une courte distance et était ensuite coupée par la vallée de Punaauia[8].
Du sommet d’ Aora΄i [9], ils avaient une vue magnifique; au sud, elle fut rapidement délimitée par les pics d’Orohena[10] et de Pitohiti[11], dont les versants escarpés s’élevaient de la vallée située au-dessous d’eux ; à l’est, ils avaient la succession de crêtes et de gorges qui caractérisent les paysages tahitiens ; à l’ouest, Mo΄orea [et Tetiaroa][12] se détachaient à l’horizon de la mer par une série de crêtes déchiquetées ; au nord, ils dominaient la plaine parsemée de bosquets de cocotiers et d’orangers ; et sur le port, avec ses navires et les récifs de coraux qui l’entourent.(…) »
Charles Wilkes précise dans son récit que peu de Tahitiens à l’époque se sont rendus au sommet, ces derniers s’arrêtant généralement à hauteur des zones fruitières. Plus haut le passage est difficile d’accès et l’eau rare. « Le manque d’eau qui, après quelques jours de temps sec, se fait rare même dans les vallées élevées, était une contrainte supplémentaire. Il est recommandé aux futurs voyageurs qui se rendent dans les montagnes de Tahiti de prendre des dispositions pour pallier cet inconvénient. Le groupe était tellement affligé que de profiter de la rosée sur les feuilles était comme un luxe. »
Cette ascension permet également de lever le voile sur la nature géologique de l’île : « M. Dana a signalé que la visite à Aora΄i avait définitivement conclu un point discutable de l’origine géologique de l’île. Il n’a trouvé sur son sommet ni coraux ni « coquilles à vis » », souligne dans ses écrits Charles Wilkes.
Texte : à partir de l’étude de Robert Veccella et des extraits de l’ouvrage de Wilkes Charles, Narrative of the United States’ Exploring Expedition during the Years 1838, 1839, 1840, 1841, 1842, Condensed and Abridged, édité à Londres en 1845 chez Whittaker and Co. – Photos : droits réservés SPAA – Archives PF
 

Le journal mensuel gratuit d’informations culturelles Hiro’a du mois de juillet (N°142) est sorti. Disponible aux points habituels ou bien téléchargeable depuis le site www.Hiroa.pf ou les autres sites partenaires.

Au sommaire : – guillaume Molle, Émilie Nolet et Louis Lagarde, chercheurs du centre international de recherche archéologique sur la Polynésie, – Sports et tradition, – Deux pirogues au mouillage à Nantes, – Deux livres pour héritage, – Te tahi mau fa’a’ohipara’a nō te ’ie’ie, te ’ō’aha, te ’ōfeo ’e te ’ofe – Un dauphin d’acier pour veiller sur les siens, – Le chant porte sa voix au Heiva i Tahiti, – Le musée de Tahiti et des îles se met au reo tahiti, – Quatre nouveaux titulaires de la carte d’artiste professionnel, – L’ascension américaine du Mont Aora’i, – Avenue Pōmare V, hommage au dernier roi de la dynastie Pōmare, – Redécouvrir le tiki a Moke.

TE PIHA FAUFA’A TUPUNA

participe activement cette année aux Festivités de la fête de l’orange du 21 au 23 juin 2019, à l’hôtel de ville de la Mairie de PUNAAUIA, en permettant la projection de films (et de photographies d’archives ? ) issues de ses fonds préservés au Service du patrimoine archivistique et audiovisuel du fenua.
 

Ce samedi 22 juin 2019 dans l’après-midi Rendez-Vous à PUNAAUIA pour visionner le films :

– Concert Te Hui Mana Punaauia

– Jumelage Punaauia Dumbéa 1991

– A Leontieff, commune de Punaauia

– Clip Maruia Dumbéa

– Hiro’a Leon Taerea

– Vues aériennes commune de Punaauia

– Les oranges sauvages de Punaruu

 

Venez nombreux aux festivités et bon visionnage !

     
« Rendez-vous à Paofa’i le vendredi 28 juin pour la première édition du Festival CINEMATAMUA ! Un événement sous l’égide du Ministère de la Culture, mis en place grâce au partenariat entre le Service du Patrimoine Archivistique et Audiovisuel (SPAA), l’ Association pour la Diffusion de la Culture en Polynésie (ADCP) et Te Fare Tauhiti Nui – Maison de la Culture. Festival de 8h00 à 22h00 et c’est GRATUIT !!!
Service du Patrimoine Archivistique Audiovisuel
En savoir + sur les films diffusés
 

AU GRAND THÉÂTRE

« Tabu » de Frederich W. MURNAU 1931 – 86 minutes – Anglais, VOSTF* – Nouvelle version HD

« Tabu » est le fruit d’une collaboration entre le documentariste Robert FLAHERTY et le metteur en scène Friedrich W. MURNAU. Leurs conceptions étaient diamétralement opposées. Robert FLAHERTY, qui avait pris le temps de découvrir l’île et de rencontrer ses habitants, avait écrit un scénario à la gloire de la vie traditionnelle, tout en dénonçant la corruption apportée par la civilisation. MURNAU, lui, voulait se servir de la beauté de l’île et des indigènes comme d’un décor exotique pour raconter une histoire romanesque. Friedrich W. MURNAU, qui était aussi le producteur du film, put imposer son point de vue et FLAHERTY refusa d’être crédité comme réalisateur.   L’histoire : L’île de Bora-Bora, aux Iles Sous-le-Vent est un peu le paradis sur terre. La nature y est généreuse et ses habitants y vivent heureux et insouciants. Reri et Matahi s’aiment. Un jour, le vieux Hitu apporte un message : Reri a été choisie par le chef de Fanuma pour devenir la nouvelle vierge sacrée. Dès lors, Reri est tabu. Aucune loi des dieux n’est plus sacrée que celle qui protège l’élue. Aucun homme ne peut la toucher ou la désirer du regard pour son honneur et celui de son peuple. Alors que le village se réjouit de cet honneur, les amants sont désespérés. Matahi et Reri décident de s’enfuir.  

« Blaue Jungs » de Wolfgang SCHLEIF 1957 – 85 minutes – Allemand, VOSTF* – en couleur

Alors que leur croiseur fuit à l’approche d’ennemis, quatre marins sont laissés accidentellement sur une île de la mer du Sud. Après le premier choc, le groupe réalise rapidement qu’ils ont atterri directement au paradis…  

« Ariipaea Vahine » de Henri HIRO 1978 – 55 minutes – Tahitien, VOSTF* – Nouvelle version HD

Ariipaea passait du monde des hommes au monde des dieux, et la culture mā’ohi était vivante. Lorsqu’elle se convertit, les dieux cessèrent de lui parler, et la culture tahitienne mourut… Avec : Benoît HIRO, Kakoum FLORES, Hotu HUCKE, Raphaël TEHIVA, Temoaria TAPUTU, Charles PATU, Alphonse TEMATAHOTOA, Johnny ARAPARI, Taputu TAPUTU, Vaihere BORDES, Tumata ROBINSON, Faufine PAOFAI, Rigobert PAOFAI, Tiare BONNET, Henri HIRO et Heipua BORDES.  

AU PETIT THÉÂTRE

« Au cœur du Pacifique » de René MOREAU & Fabien FABIANO 1934 – 45 minutes – VOSTF

Ce film appartient au registre des films documentaires coloniaux français qui trouvent leur apogée dans les années 1920, lorsque la France a besoin d’asseoir ses positions géographiques et économiques dans le monde. En visite officielle à Tahiti, un député découvre les coutumes locales. Chansons, danses, pêche, et ce de Tahiti à Raiatea en passant par Huahine, les Tuamotu et les Marquises.  

« Tahiti Films » de Gaston GUILBERT 1944-1965 – 25 minutes – En musique – Nouvelle version HD

Les œuvres de Gaston Guilbert sont de courtes fictions contant marivaudages et scènes de vie polynésienne, des actualités et des scopitones de musique locale (la version années 50 des clips vidéo d’aujourd’hui).  

« De Gaulle à Tahiti » d’Emile TCHEN 1956 – 10 minutes – En musique

Lors de la venue de De Gaulle à Tahiti en 1956, Emile TCHEN est aux premières loges et filme tout son séjour avec sa caméra Bell & Howell 16mm à ressort. Il en résulte un film de 14 minutes sur le premier séjour du Général à Tahiti. Des images inédites et rares car à cette époque le général de Gaulle vit sa traversée du désert et les actualités françaises ne s’intéressent plus à lui.  

« Raau Tahiti (The Tahitians) » de James KNOTT 1956 – 50 minutes ​​​​​​

Ce film nous raconte l’histoire de médecins qui essaient d’endiguer l’épidémie de filariose qui touche Tahiti. Avec : Anna GOBRAIT, Vahio TEROROTUA, Miri REI, Ben BAMBRIDGE, William A. ROBINSON, Tehapaitua SALMON, Taea TEPAVA, Tetua MAUU, Turia SALMON, Denise POTTIER, Greta SPITZ, Nancy et Nick RUTGERS, Irène de DEYN, Henry de MEYER et Irma SPITZ.  

« Les oranges sauvages de Tahiti » de Léon TAEREA 1988 – 25 minutes

Ce film nous emmène à Punaauia, dans la vallée de la Punaruu, sur les hauts plateaux de Tamanu pour une cueillette aux oranges sauvages.  

« Enchanted Isles » de Charles ALMOND 1949 – 16 minutes – Musique + voix off française

Un film documentaire rare qui retrace le périple de la goélette « Vaitere » et nous invite à découvrir la route du coprah et les îles Tahiti, Moorea, Tupai et les Marquises.  

« Manureva » de Claude PINOTEAU 1961 – 22 minutes – VF – Nouvelle version HD ​​​​​​​

L’aéroport de Tahiti-Faa’a vient tout juste d’ouvrir. « Manureva » nous invite à bord de la compagnie aérienne TAI pour un voyage jusqu’à Tahiti lors du Tiurai.  

EN SALLE DE PROJECTION

« Folklores des Gambier – Légendes » dirigé par Yves RAMBEAU 1975 – 43 minutes

Un groupe de danse de Rikitea, dirigé par Mme Ritia TIXIER et M. Ono TEAPIKI, nous contes des légendes dansées des Gambier.  

« Fare mā’ohi » de Henri HIRO ​​​​​​​1980 – 13 minutes

Henri Hiro qui nous présente son « fare mā’ohi », une habitation qui respecte la nature, à l’ancienne, construit en bois et en matériaux naturels et adapté à une vie simple et écologique. Les interviews sont menées par David MARAE.  

« Pâques à Tahiti » de Bernard HENRION 1976 – 53 minutes

L’émission « Pâques à Tahiti – Pakete i Tahiti » est constituée d’interviews ponctuées de chansons polynésiennes.  

« Le retour du Bataillon du Pacifique » de Charles HOLLANDE ​​​​​​​1946 – 10 minutes – En musique + voix off John MARTIN ​​​​​​​

Un film à la mémoire des 600 volontaires Calédoniens, Tahitiens et Néo-Hébridais qui vont former « le Bataillon du Pacifique »  
 
 
Quand le pont de la Papenoo se cherchait un nom. Article à retrouver également dans le magazine culturel (version papier ou numérique) du mois de juin, n°141.   Ces dernières années, des épisodes pluvieux ont par deux fois entraîné des inondations importantes sur la côte est. On oublie qu’autrefois ces événements se répétaient plusieurs fois dans l’année, isolant les districts de Tiarei et Hitiaa. En 1918, le gouverneur Gustave Julien se mobilise pour la construction d’un pont à Papenoo afin de permettre l’essor agricole de ces terres généreuses. Pour le remercier de son engagement, nombreux voulurent le baptiser Julien…   Le 25 juin 1918, le gouverneur Julien débute une « tournée agricole » autour de l’île de Tahiti. Le compte rendu commence à paraître dans le Journal officiel des établissements français d’Océanie du 1er septembre 1918. Ainsi, on peut y lire que le gouverneur s’est longuement arrêté à Papenoo afin de visiter les travaux préparatoires du pont qui doit surplomber la rivière. Une rivière qui « tant de fois, au cours de l’année, coupe les communications avec les districts de Tiarei et de Hitiaa. Cette rivière torrentueuse est celle qui roule, à l’époque des pluies, le plus gros volume d’eaux. En quelques instants elle gonfle au point de rendre impossible toute tentative pour la traverser. Ces crues durent parfois plusieurs jours ». Pour le gouverneur, il s’agit, avec la construction de cet édifice (décidé au moment de l’établissement du plan de campagne de 1918), de remédier à une situation néfaste pour le développement agricole d’une partie de l’île. « Si les travaux marchent normalement et que la main-d’œuvre ne fasse pas défaut, le pont de Papenoo pourra être ouvert à la circulation avant la fin de l’année. Il contribuera largement à la renaissance agricole d’une région restée trop longtemps négligée, presque abandonnée. »   Un nom pour le pont   Alors que son achèvement semblait proche, apparut l’idée d’attribuer au pont un nom. Edouard Ahnne, le président de la Chambre d’agriculture de l’époque, propose immédiatement le nom du gouverneur : « (…) dès son arrivée dans la Colonie, M. le gouverneur Julien, malgré tant d’autres préoccupations plus graves, s’est constamment occupé de développer et d’améliorer les voies de communication. Les agriculteurs ont été les premiers à bénéficier de ces améliorations qui leur permettent de transporter leurs produits au chef-lieu d’une manière plus sûre et plus rapide. La construction du pont de Papenoo constitue un avantage inestimable pour tous les propriétaires de la côte est de Tahiti. Il ne serait que juste que le nom de celui qui a eu l’initiative de ce beau travail, qui a fait tous ses efforts pour le mener rapidement à bonne fin, y restât attaché de manière durable. » Cette demande est appuyée par celle du chef du service judiciaire, Hector Simoneau, lui-même plusieurs fois confronté à la dangerosité des cours d’eau à traverser à gué, notamment à Tautira et à Papenoo. « Plus d’une fois, (…) les harnais de sa voiture ont été brisés par la violence du courant et il n’est sorti de ces mauvais pas que grâce au dévouement d’indigènes accourus pour lui porter assistance », peut-on lire dans un document archivé au SPAA. Faua, président du conseil des districts, représentant la population de Tiarei y est également favorable et le fait savoir en tahitien dans un courrier adressé au gouverneur : « Attendu que ce pont sera pour nous d’un grand secours, capable d’améliorer sérieusement la situation des habitants ; « Attendu que jusqu’à l’ouverture des travaux de construction du pont, nous pouvions nous considérer comme délaissés et que grâce à votre initiative, vous venez d’ouvrir toute grande notre route ; « Attendu que de l’avis de toute la population du district et le mien, le nom des bienfaiteurs ne peut et ne doit être laissé dans l’oubli […] »   Événements climatiques et retard   Malgré ces marques de reconnaissance, le gouverneur Julien n’y est pas favorable, arguant que « l’œuvre éphémère ou durable d’un gouverneur ne se juge bien qu’avec le recul du temps ». Les événements lui donneront raison. À la fin de l’année 1918, l’inauguration du pont de Papenoo passe en arrière-plan de l’actualité. En effet peu après l’annonce de la Victoire et l’armistice du 11 novembre, la grippe espagnole s’abat sur Tahiti et met, pour plusieurs semaines, un coup d’arrêt à toutes les entreprises humaines. Dans le JO des EFO du 1er janvier 1919, le gouverneur déclare « qu’il y a nécessité de prolonger jusqu’au 28 février 1919 la durée de la période pendant laquelle devront être exécutés, dans la limite des crédits ouverts, les travaux et fournitures ci-dessous : […] Construction de ponts sur les deux bras de la rivière Papenoo […] » Mais le mauvais sort semble s’acharner. Un épisode pluvieux s’abat sur l’île la dernière semaine de janvier et la première de février causant des dommages considérables. « […] Les travaux en cours d’exécution, le pont de Papenoo en particulier, ont été plus particulièrement éprouvés. Ce dernier ouvrage, contre lequel sont venus s’amonceler des quantités de gros arbres entraînés par le courant, a été miné par les affouillements à ses deux extrémités. Trois culées, deux sur la rive gauche et une sur la rive droite, ont été démolies. Le lit de la rivière, complètement transformé, ne permettra pas la réédification de l’ouvrage tel qu’il avait été primitivement conçu : il faudra vraisemblablement franchir les deux principaux bras de la Papenoo par le moyen d’un tablier-cage en fer d’une plus grande portée. Ce qui reste de l’ouvrage est parfaitement utilisable mais les communications d’une rive à l’autre, qui étaient près d’être assurées, ne le seront évidemment plus que lorsque l’introduction dans la Colonie des fers et aciers nécessaires à ces genres de construction sera redevenue possible », peut-on lire dans le JO des EFO du 15 février 1919.   Le gouverneur Julien, sur le départ, en appelle alors au courage pour poursuivre les travaux, soulignant que de manière générale le développement des infrastructures a provoqué « une recrudescence de vie » sur l’île avant de conclure ainsi : « […] Au travail, donc, avec courage et sans jamais vous rebuter. Soyez les poilus de la mise en valeur des trésors de vos îles. »   L’ouvrage sera finalement inauguré neuf ans plus tard, en 1928, et porte encore le nom de « pont de la Papenoo ». Légende photo du pont : pont de papenoo – côté Tiarei – 12 janvier 1926 (droits réservés SPAA – Archives PF) Service du patrimoine archivistique et audiovisuel (SPAA) – Te piha faufa’a tupuna Rencontre avec Sébastien Damé, responsable du département du patrimoine audiovisuel multimédia Internet au sein du Service du patrimoine archivistique et audiovisuel. Texte : à partir de l’étude de Michel Bailleul.
Le journal mensuel gratuit d’informations culturelles Hiro’a du mois de juin (N°141) vient de sortir. Disponible aux points habituels ou bien téléchargeable depuis le site www.Hiroa.pf ou les autres sites partenaires. Au sommaire : – Dix questions à Myrna Tuporo, dite Mama Iopa, présidente du jury du Heiva i Tahiti 2019 – Cinematamua fait son festival – Un club de lecture à la bibliothèque – ‘Ori i Tahiti célébrera Âià sur le marae Arahurahu – C’est parti pour le 25e Heiva des écoles ! – Te tahi mau fa’a’ohipara’a nō te ’ava, te ’ava’ava-i-ra’i ’e te ’āvaro – 31e Heiva Rima’i : rendez-vous avec les traditions – L’épopée de Tu Makinokino racontée par le Conservatoire – Quand Cook et Banks rencontrèrent Tupaia – Atelier : jouez les apprentis pilotes – Des sociétés spécialisées au chevet des ti’i/tiki – CMA : premières promotions pour des diplômes nationaux – Aide aux associations culturelles : le Casa étudie vos projets – Quand le pont de la Papenoo se cherchait un nom
Bonne lecture à toutes et à tous !
Le journal mensuel gratuit d’informations culturelles Hiro’a du mois de mai. Disponible aux points habituels ou bien téléchargeable depuis le site www.Hiroa.pf ou les autres sites partenaires. Au sommaire : – dix questions à Viri Taimana, directeur du Centre des métiers d’art – L’art marquisien s’installe à Ma-ma’o – Concert To’are : baptême du feu pour Eono – Matières, motifs et mandalas – Hina, Maui… un mythe au théâtre – Te tahi nau fa’a’ohipara’a faufa’a nō te ‘aute ‘e te ‘autī – Une autre idée de la nacre – Une carte de Pape’ete datant de 1897 révèle ses secrets – Soirée disco pour les 40 ans du Conservatoire ! – Artisan entrepreneur, ça s’apprend ! – Le maro ‘ura ou le retour d’un symbole royal en Polynésie – Les grands ti’i de Ra’iva-vae restaurés – L’avenue Pierre Loti, hommage à l’écrivain voyageur – Tramway à Tahiti : un projet nommé Désir + programme + actus + zoom sur ….
Bonne lecture à tous !
Au sommaire :
  • à définir
  • gagnant du Fifo
  • Les concerts du CAPF
  • Partenariat MCE/DCP
  • Expo ISLV (ART)
  • Le Comedy show (TFTN)
  • Accueil d’artistes tongiens au CMA
  • Le travail de l’artisan J-Y Tuihaa sur la fibre
  • En attente d’une pièce du musée
  • Heiva Taure’a
  • Gestion des trésors polynésiens/rappel du code (DCP)
  • Une « notude » sur le commandant Destremau (SPAA)
  • RDV Taputapuatea : la nouvelle signalétique
  • Convention DCP avec
  • La rue de Gaulle (SPAA)
  • Le jeu du patrimoine – test
  • Les rendez-vous 2019 de l’artisanat
  • Tuto pas de danse (CAPF)
  • Festival du ‘uru (TFTN)
  • VAI (TFTN)
  • Spectacle Annie Fayn (TFTN)
  • Visionnage (SPAA)
  • Fifo
  • Expo Hoho’a
  • Atelier du dimanche au musée
  • Bijouterie d’art St Valentin
Au sommaire :
  •  Dix questions à Carl Aderhold, président du jury du Fifo 2019
  • Spécial séniors/matahiapo : voici l’atelier remue-méninges ! Les professeurs entrent en scène Une soirée consacrée au plaisir de lire Le tressage à portée de toutes les mains En 2019, vivez de nouvelles expériences culturelles
  • Eiao : le riche travail de Michel Charleux intègre la DCP
  • Taputapua-tea a son timbre !
  • Entre tradition et modernité : une pirogue télécommandée
  • Le Fifo au coeur des civilisations océaniennes
  • Une plongée dans l’histoire polynésienne
  • Les ossements de Iipona livrent leurs premiers secrets
  • E aha te parau no- te MARAE ?
  • Qu’est-ce que le MARAE ?
  • François Cardella, un Corse dans les rues de Papeete
  • Lettres noires sur toiles blanches
  • Tahe Drollet invité en résidence à Vent des forêts en Lorraine
  • Ho – ho’a, regards croisés sur la Polynésie
  • 40 ans de musique