Originaire des Tuamotu, Jean TAPU était un grand chasseur sous-marin émérite et le second champion du monde français de la spécialité.Il participa à de nombreuses compétitions, au Portugal, à Cuba, en Italie, à Moorea individuellement ou e équipe.En 1967, il remporta la 8ème édition du championnat de pêche sous-marine en apnée à Cayo Avales (Cuba) grâce à un total de prise de 250 poissons sur deux journées de compétition. Un record jamais égalé jusqu’à ce jour.

Il fut également l’un des grands pionniers de la perliculture aux Tuamotu.

Jean Tapu s’en est allé le 2 février 2018 à l’âge de 88 ans.

Palmarès:

– Champion du monde individuel en 1967 (Cayo Avales) ;

– Champion du monde par équipes en 1965 (Moorea) ;

– 3e du championnat du monde individuel en 1965 (Moorea) ;

– Champion d’Europe par équipes en 1967 (Ustica (Italie)) ;

– Vice-champion d’Europe individuel en 1967 (Ustica) ;

– Champion de France par équipes en 1967 (les places en équipe de France s’obtenant uniquement en métropole).

« Le mois de juillet est un mois de fête. Après les jeunes élèves des écoles, au tour des troupes de danse de faire le show. Pour cette édition 2017, le Heiva i Tahiti fait la part belle aux hīmene avec 16 groupes de chants mais aussi à la catégorie amateur Hura ava tau pour le ‘ori tahiti. À partir du 6 juillet, douze groupes seront sur la scène de To’ata : huit en Hura ava tau et quatre chez les professionnels Hura tau. Au-delà du concours, l’autre moment très attendu du public et des participants concerne la soirée de la remise des prix. Le 19 juillet, les organisateurs honoreront le groupe Temaeva fondé et dirigé par Coco Hotahota. En 55 ans d’existence, cette troupe a marqué de son empreinte le Heiva en multipliant les récompenses et les prises de position. Le Heiva ne s’arrête pas uniquement à un concours de danses et de chants, c’est aussi un moment de communion entre une population et sa culture. Marche sur le feu, sports traditionnels, artisanat, spectacle sur le marae, autant de moments à partager en ce mois festif de juillet. Autre temps fort : le spectacle au marae‘Ārahurahu à Pā’ea. Coco Hotahota fait son grand retour sur le marae avec « Te Hau pahu nui », un spectacle traditionnel racontant l’alliance de trois chefferies.

Le mois de juillet est aussi très attendu par le Service de la Culture et du Patrimoine et par un grand nombre de personnes impliquées dans notre culture. Après des années de dur labeur, de nombreuses étapes franchies, une expertise rigoureusement menée, et un travail d’équipe acharné, la candidature du « Paysage culturel Taputapuātea » à l’inscription sur la liste des biens du Patrimoine Mondial pourrait bien connaître son dénouement. En avril dernier, le Ministère de la Culture a reçu la confirmation que notre candidature serait maintenue à l’ordre du jour de la 41e session du Comité du Patrimoine mondial qui doit se tenir du 2 au 12 juillet, à Cracovie en Pologne. Depuis, la délégation se prépare à y participer. Nous sommes là, de tout cœur derrière eux, pour les soutenir dans ce grand moment historique pour notre fenua. »

Premier journal culturel mensuel gratuit de Polynésie française, Hiro’a est l’expression de la synergie entre 7 établissements et services devenus partenaires sous la tutelle du Ministère de la Culture. Né en septembre 2007 et tiré à 5 000 exemplaires en quadrichromie, retrouvez-le dans les grandes surfaces, hyper et supermarchés, librairies, hôtels, mairies etc., ou téléchargez-le, comme près de 2 000 internautes chaque mois, sur les sites suivants : www.conservatoire.pf, www.museetahiti.pf, www.culture-patrimoine.pf, www.cma.pf, www.maisondelaculture.pf et www.artisanat.pf

Découvrez vite ce nouveau numéro sur www.hiroa.pf !

Découvrez le Hiro’a du mois de juillet disponible en téléchargement sur le site de la Maison de la Culture

Viv(r)e le patrimoine

L’art raconte l’histoire des peuples, véhicule des messages, dévoile des pratiques, explore des univers. Il interroge, critique, bouleverse. Jusqu’à ce jour, en Océanie, il a toujours existé un déséquilibre entre l’art traditionnel et l’art contemporain. Le premier a su attirer les curieux du monde entier. En Polynésie française, le succès rencontré est tel qu’il dépasse depuis longtemps les frontières. L’art contemporain, lui, est resté plus timide, plus discret. Aujourd’hui, il commence à s’affirmer et s’exporter, mais il reste encore difficile, en particulier pour la jeunesse, d’interroger et de critiquer sa culture et son patrimoine, puis de l’exprimer à travers un médium. Le Centre des Métiers d’Art est là pour les guider. Avec nos cousins Néo-Zélandais, ils sont d’ailleurs à l’origine du premier grand rassemblement d’artistes contemporains d’Océanie : le Pūtahi. Depuis 2010, artistes confirmés et en devenir se rencontrent durant une quinzaine de jours pour partager leur savoir et savoir-faire, leur culture et leur patrimoine, leurs visions et leurs histoires. Cette année, le Pūtahi se déroule à Tahiti et accueille des petits nouveaux avec des artistes de Rarotonga et de Nouvelle-Calédonie. La grande famille de l’Océanie s’élargit et c’est tant mieux !.

Comprendre et connaître son patrimoine pour se réaliser et avancer. Les navigateurs hawaïens de la pirogue double traditionnelle Hōkūle’a l’ont bien compris. Après trois ans de voyage autour du monde, la pirogue est revenue dans le berceau du Triangle polynésien, Taputapuātea. Les Hawaïens rentrés chez leurs aînés ont été accueillis avec une cérémonie digne des Polynésiens. Les traditions ont été respectées, les ancêtres ont été célébrés, la culture a vibré. La boucle est bouclée mais le partage et la transmission se perpétuent..

Le partage et la transmission. Deux mots indissociables de la musique et du rôle du Conservatoire Artistique de Polynésie française. Ce mois de juin, l’établissement ouvre ses portes et invite le public à venir partager un moment privilégié avec ses élèves pour la fête de la musique. Un peu avant, il offrira l’un des plus beaux moments de l’année : le Gala. Avec pour thème cette année… La transmission !.

On vous le dit, pour ce mois de juin, la culture est dans tous ses états !.

Premier journal culturel mensuel gratuit de Polynésie française, Hiro’a est l’expression de la synergie entre 7 établissements et services devenus partenaires sous la tutelle du Ministère de la Culture. Né en septembre 2007 et tiré à 5 000 exemplaires en quadrichromie, retrouvez-le dans les grandes surfaces, hyper et supermarchés, librairies, hôtels, mairies etc., ou téléchargez-le, comme près de 2 000 internautes chaque mois, sur les sites suivants : www.conservatoire.pf, www.museetahiti.pf, www.culture-patrimoine.pf, www.cma.pf, www.maisondelaculture.pf et www.artisanat.pf

Découvrez vite ce nouveau numéro sur www.hiroa.pf !

Découvrez le Hiro’a du mois de juin disponible en téléchargement sur le site de la Maison de la Culture

Viv(r)e le patrimoine

Alors que le fil des manifestations annuelles incontournables se tisse encore à travers le Hura Tapairu, le salon Lire en Polynésie, Mono’i Here ou le salon des Marquises et celui des Tuamotu-Gambier, ce mois de novembre donne également le coup d’envoi du 2ème Heiva Tārava, consacré cette année aux Raromata’i. Une fin d’année qui s’annonce donc riche et dense en rendez-vous capables d’éveiller la curiosité et de satisfaire tout un chacun, au gré de ses goûts et de ses envies.

Qu’il s’agisse du plus créatif des concours de danses traditionnelles, de l’énergie d’un festival de hīmene, des salons du livre, du mono’i et des Marquises, de l’exposition TIKI ou du stage international de pratique des arts traditionnels, tous ces événements participent à la richesse et à la diversité de l’offre culturelle polynésienne.

Notre Pays se nourrit aussi de ses traditions et de ses trésors qu’il sait valoriser et conserver, à l’instar de la péninsule Matahirai’terai de Taputapuātea qui vient d’être classée par le gouvernement. Des spécificités que nos forces vives revisitent et réinventent pour écrire une nouvelle page de l’histoire : le précieux tifaifai devient robe, les ouvrages les plus anciens sont numérisés pour être plus accessibles, les objets de l’exposition TIKI prennent vie…

Découvrez dans ce 110ème numéro de Hiro’a ces multiples sujets et rendez-vous porteurs de la même ambition : le partage de notre culture

Premier journal culturel mensuel gratuit de Polynésie française, Hiro’a est l’expression de la synergie entre 7 établissements et services devenus partenaires sous la tutelle du Ministère de la Culture. Né en septembre 2007 et tiré à 5 000 exemplaires en quadrichromie, retrouvez-le dans les grandes surfaces, hyper et supermarchés, librairies, hôtels, mairies etc., ou téléchargez-le, comme près de 2 000 internautes chaque mois, sur les sites suivants : www.conservatoire.pf, www.museetahiti.pf, www.culture-patrimoine.pf, www.cma.pf, www.maisondelaculture.pf et www.artisanat.pf

Découvrez vite ce nouveau numéro sur www.hiroa.pf !

Découvrez le Hiro’a du mois d’octobre disponible en téléchargement sur le site de la Maison de la Culture

Viv(r)e le patrimoine

Voici un 109ème numéro placé sous le signe de la femme et de l’art… Le Centre des Métiers d’Art a en effet eu l’idée de faire venir en Polynésie des artistes membres de l’association SIAPO pour une exposition sur les femmes peintres d’Océanie. L’idée est d’encourager les femmes polynésiennes à se saisir de ce médium pour raconter leurs histoires, leurs émotions, leur Pays. Une rencontre riche se profile à tous les niveaux, qui ne manquera pas de marquer les esprits !

Novembre, comme souvent, consacre une véritable explosion d’événements culturels. Le Conservatoire propose notamment un duo de jazz dans le cadre du traditionnel concert de la Paix ; la Maison de la Culture accueille un conte russe sur les planches du Grand Théâtre à l’occasion de Halloween ; les Australes, accompagnées par le Service de l’Artisanat Traditionnel, font salon.

Le Service de la Culture et du Patrimoine pilote pour sa part des fouilles aux Marquises sur un site peu exploré jusque-là. Découverte de nos racines, de nos traditions, passation aussi avec l’accueil au Service du Patrimoine Archivistique et Audiovisuel de jeunes étudiants qui auront ainsi un accès privilégié à ses documents rares. Le Service est en effet une véritable malle aux trésors, qui se décide à nous livrer petit à petit sur internet ses secrets. Rendez-vous tous les 15 jours pour découvrir de nouvelles notices, et de nouvelles richesses…

Mettre la culture à la portée de tous, telle est également l’ambition du Hiro’a et de ses partenaires. Preuve en est également la Médiathèque Historique de Polynésie portée par de nombreux services et établissements dont la Maison de la Culture et le Service du Patrimoine Archivistique et Audiovisuel. Mise en ligne depuis la rentrée, elle compte plusieurs centaines de documents mis à disposition des chercheurs, curieux et passionnés.

Quant à la Maison de la Culture, elle a le plaisir d’accueillir comme chaque année le spectacle littéraire Pina’ina’i : auteurs autochtones et artistes mêlent mots et gestes pour dire et éprouver leurs visions, leurs blessures et leurs espoirs. Une édition axée sur les trous de notre mémoire, un thème fort et une soirée aux émotions fortes en perspective et un magnifique dossier à découvrir.

Premier journal culturel mensuel gratuit de Polynésie française, Hiro’a est l’expression de la synergie entre 7 établissements et services devenus partenaires sous la tutelle du Ministère de la Culture. Né en septembre 2007 et tiré à 5 000 exemplaires en quadrichromie, retrouvez-le dans les grandes surfaces, hyper et supermarchés, librairies, hôtels, mairies etc., ou téléchargez-le, comme près de 2 000 internautes chaque mois, sur les sites suivants : www.conservatoire.pf, www.museetahiti.pf, www.culture-patrimoine.pf, www.cma.pf, www.maisondelaculture.pf et www.artisanat.pf

Découvrez vite ce nouveau numéro sur www.hiroa.pf !

Découvrez le Hiro’a du mois d’octobre disponible en téléchargement sur le site de la Maison de la Culture

Viv(r)e le patrimoine

Ces dernières semaines ont été marquées par les soirées du Heiva, toutes aussi réussies les unes que les autres. Bravo aux 41 groupes ayant pris part a ce formidable défi culturel et merci a tous pour la joie partagée lors de ces représentations de haut rang.

Les vacances ne sont pas tout a fait terminées, mais déjà, la rentrée se fait sentir ! La reprise des cours et du travail approche a grands pas, allant de pair avec le retour des activités et loisirs en tous genres. Les animations et les événements qui vous sont proposés par les établissements culturels représentent une offre attractive pour tous les publics, quelles que soient leur génération et leur sensibilité. Le programme du Conservatoire et de la Maison de la Culture notamment s’enrichit chaque année davantage et permet une expression et une pratique artistiques et culturelles sans cesse renouvelées. De festivals en concerts, d’actions de proximité en événements, la culture permet d’aborder gaiement et intelligemment la rentrée !

La programmation du Musée de Tahiti et des Îles, avec notamment la superbe exposition

« Tiki » en préparation, apporte également un regard inédit et expert sur le patrimoine.

D’expertise, il est en aussi question dans la démarche de classement à l’UNESCO du complexe Taputapuātea, a Raiatea. C’est dans un souci de recherche et de préservation, de partage et d’implication collective que ce classement portera de nouvelles actions unissant tourisme et culture. Lisez plutôt l’interview de Hiriata Millaud, attachée culturelle auprès de Tahiti Tourisme…Bonne rentrée à tous !

Les partenaires du Hiro’a