Archives de l’auteur

Illustrations : Umete de Raivavae ; ‘ava ; gravure illustrant des feuilles de ‘ava

Synthé : Umete de Raivavae ; ‘ava; Australes ; XVIIIème siècle ; Paris 1989 Tahiti

E ‘ūmete iti puru roa vau no Raivavae, motu iti no te ta’amotu Tuhaa Pae mā.

A māta’ita’iri’i mai na i tō’u ha’amanira’a ta’a’e. A tahi, i tō’u huru hinuhinu maitai i nana’ohia atu ai au i te mau nana’o una’una no tāua tau ra, iā’u ihoa ho’i i te ravera’a tumu no tāua ta’amotu ra. A piti, i tō’u ‘auaha i te mani’ira’a i paohia i tō’u roara’a. Na tō’u ho’i mau una’una rau e te nehenehe ta’a’e e ha’apapu e, e ‘ūmete au na te feia tiara’a toro’a teitei no tāua tau ra.

E’ita paha e ‘ore e, e ‘ūmete inura’a ‘ava mā’ohi au, inaha te vi’ivi’i haereri’i noa ra vau i te parapara maro o te ‘ava mā’ohi. No teie tau rii noa nei, te ha’amatara’ahia i te mau tuatāpapara’a e te mau tītorotororaa i te rave papuhia ai i te taamotu Tuhaa Pae mā. No te tahi ato’a paha ia tumu i ‘ore ai i tōna ra parau i atutu haere rahi ai.

I riro ato’a na ra i te mau tao’a rii tahito no reira ei tapiho’ora’a rahi na te mau popa’ā i te XIX ra’a o te tenetere, a rahi ato’a i te ha’ara’a tao’a rima’ī i reira.

O vau iti nei ra, e tao’a i te tahi toro’a atu a vau, e riro ra e no te XVIII paha no te tenetere.

‘Aua’a a’e maoti ho’i o to tātou Fare Teanavaharau i ite hia e au i roto i te hō’e fare fa’a’ite’itera’a tao’a tahito i Paris. Mai reira mai, e i te matahiti 1989, ua fa’aho’ihia mai au i te fenua nei, i rotopu i tō’u iho nuna’a ei te’ote’ora’a ‘ā ‘e au nā na.

Production: ICA (SPAA) / CPSH (Service de la Culture et du Patrimoine) / RFO Polynésie (Polynésie 1ère) / Musée de Tahiti et des Îles, Collection Archives PF

Illustrations : Umete de Raivavae ; ‘ava ; gravure illustrant des feuilles de ‘ava

Synthé : Umete de Raivavae ; ‘ava; Australes ; XVIIIème siècle ; Paris 1989 Tahiti

Je suis un umete, un petit bol originaire de Raivavae aux îles Australes. Mes mensurations: 48,7 centimètres de long et 19,5 de large.

De forme lenticulaire typique des îles Australes, je suis entièrement recouvert sur ma surface externe de motifs géométriques très fins et très stylisés. Ce type de sculpture est spécifique de mon île natale et hélas trop peu connu de nos jours.

Mes lèvres planes elles aussi décorées, se rejoignent à l’une de mes extrémités en une petite protubérance et s’interrompent de l’autre pour former un bec verseur.

Trop richement décoré pour être un simple récipient à usage commun, je suis un bol cérémoniel réservé aux grands chefs, d’où ma très grande rareté. Certains pensent que je suis un rince doigts, mais je devais plus sûrement servir à boire le ‘ava dont on a trouvé trace sur mes parois intérieures.

Contrairement à d’autres régions, les îles Australes ne furent étudiées que tardivement. Les objets ethnographiques de ces îles sont donc moins connus, mais ils ont constitué une source importante de troc avec les Européens au XIXème siècle donnant lieu à une véritable industrie de curios. Moi, je suis un objet ancien, certainement du XVIIIème siècle et je suis revenu en Polynésie en 1989 après que le Musée de Tahiti et ses îles m’ait trouvé dans une galerie d’art à Paris.

Production: ICA (SPAA) / CPSH (Service de la Culture et du Patrimoine) / RFO Polynésie (Polynésie 1ère) / Musée de Tahiti et des Îles, Collection Archives PF

Illustrations : Bible tahitienne ; Henry Nott ; LMS ; gravure illustration du navire Duff.

Synthé : Bible tahitienne ; 1838 Richard Watts ; Henry Nott ; Henere Noti ; Duff; 1817-1835 ; 1840 Tahiti.

Te Bībīlia mo’a oia, te faufa’a api te faufa’a tahito tō’u i’oa. ‘O vau nei ā te Bībīlia mātāmua roa i hurihia i roto i te re’o mā’ohi. Ua nene’i ia vau i te matahiti 1838 e te ta’ata rā ō Richard Watts i te ‘oire no Ronetona i te fenua Peretane. E 752 rahira’a ‘api tō’u e, e 3000 rahira’a Bībīlia mātou i nene’ihia i terā rā matahiti. Nā te mitionare peretane rā ‘o Henry Nott, oia ho’i ‘o Henere Noti i rave pāpu i tāua ha’a rā.

I tōna ihoa taera’a mai i ō tātou nei i ‘ana’anatae rahi a’e ‘oia i te ha’api’i i te re’o tahiti, ‘ōpua roa atu ai ‘oia i te rave i tāua ‘ohipa iti faufa’a rahi.

I roto i te rahira’a mitionare i ta’e mai na ni’a i te pahī rā ō Tarapu, ‘o ‘oia ana’e ihoa ra tei ‘ite vave i tō tātou reo. No te huri i te Bībīlia i roto i te reo mā’ohi, ua tauturuhia ra ‘oia e te mitionare rā ō John Davis e te ta’ata rā ō Tuahine no te motu no Raiatea.

Ua ha’amatahia i teie ha’a i te matahiti 1817 e ua oti hope roa i te 18 no tītema matahiti 1835. Reva atura o Noti i te fenua Peretane no te nene’ira’a ia i teie Bībīlia hina’aro rahi hia rā e rātou.

Ia oti, ua tu’uhia atu ra vau i mua i te aro ō te Arii vahine no te fenua Peretane ō Victoria, fa’aho’ihia mai nei au i Tahiti nei i te 12 no tetepa matahiti 1840. I teie mahana, tei roto vau i to tātou Fare Teanavaharau.

Production: ICA (SPAA) / CPSH (Service de la Culture et du Patrimoine) / RFO Polynésie (Polynésie 1ère) / Musée de Tahiti et des Îles, Collection Archives PF

Illustrations : Bible tahitienne ; Henry Nott ; LMS ; gravure illustration du navire Duff.

Synthé : Bible tahitienne ; 1838 Richard Watts ; Henry Nott ; Henere Noti ; Duff; 1817-1835 ; 1840 Tahiti.

Mon nom est « Te bibilia moa ra, oia te faufaa tahito e te faufaa api ». Je suis la première bible, ancien et nouveau testament, traduite en Tahitien. J’ai été imprimée sur 2 colonnes en 1838 par Richard Watts pour la société biblique à Londres, en Angleterre. J’ai 752 pages et je fus tirée à 3000 exemplaires.

Je suis l’oeuvre du missionnaire anglais Henry Nott que les Tahitiens surnommaient Henere Noti. Celui-ci se passionnait pour la langue tahitienne, et avait entrepris de traduire la Sainte Bible. Il était certainement le seul missionnaire venu avec le navire Duff qui parvint à une maîtrise quasi-parfaite de la langue. Il était donc tout désigné pour ce travail. Il fut aidé dans sa tâche par un autre missionnaire John Davies et Tuahine, originaire de Raiatea.

Entamé en 1817, ce travail de traduction s’achève le vendredi 18 décembre 1835. Aussitôt, Nott part vers l’Angleterre faire imprimer cette bible en tahitien qui leur manquait tant. Puis, il me présente à la reine Victoria et me ramène à Tahiti le 12 septembre 1840. On écrivit alors à mon sujet que j’étais « un ouvrage admirable, fruit d’une application et d’une persévérance qui méritent les plus grands éloges.

Production: ICA (SPAA) / CPSH (Service de la Culture et du Patrimoine) / RFO Polynésie (Polynésie 1ère) / Musée de Tahiti et des Îles, Collection Archives PF

Illustrations : Moai ; Mgr Jaussen

Synthé : Rongo Rongo ; Rapa Nui ; Ile de Pâques ; Podocarpus Catifolia ; 1869 Iles de Pâques ; Mgr Jaussen.

E rā’au nāna’ohia vau e te fenua Rapa nui. E Rongo Rongo tō’u i’oa. Ua pi’ihia vau “l’échancrée” no te mea ua ‘afā te tahi tuha’a o tō’u nei tino. I mūta’a iho ra ua pū’ohuhia vau i roto i te hō’e taura rongo; ahuru ma ono metera tona roa. Teie taura, ahuru ma ono atoa rahira’a taura rongo i ninohia tei ravehia no te ha’amani ia na.

Ua taraihia vau i roto i te hoe rā’au pi’ihia « podocarpus latifolia » e reo popa’ā. Eita ra teie rā’au i tupu ae nei i ni’a i teie fenua no Rapa Nui.

Ua nana’o hope roa hia vau, e ua riro teie mau nana’ora’a ei tūāpaparaa no te mau ‘aivāna’a e rave rau no te ao ato’a nei.

Ua ti’aturi te tahi e, e huru pāpa’i paha teie. ‘Aita ra ho’i te te hō’e noa ae tatarara’a pāpū maita’i i hōro’ahia atura no mātou e tae roa mai i teie nei.

O vau nei ra, ua fa’aru’e māua te orometua Gaspard Zumbohm i te fenua Rapa Nui no te tere mai i Tahiti nei i te matahiti 1869. I reira, ua pūpūhia na vau e ō, mai roto mai i te rima o te nuna’a no Rapa Nui, na te Arii ‘Epikopo Tepano Jaussen. I muri iho, ua haaponohia atu vau i te oire no Roma. Na te Arii ‘Epikopo Mihaera Coppenrath i fa’aho’i mai iā’u i Tahiti nei i te āva’e tetepa no te matahiti 1975 rā.

Mai reira mai, tei roto ia vau i to tātou Fare Teanavaharau.

Production: ICA (SPAA) / CPSH (Service de la Culture et du Patrimoine) / RFO Polynésie (Polynésie 1ère) / Musée de Tahiti et des Îles, Collection Archives PF

Illustrations : Moai ; Mgr Jaussen

Synthé : Rongo Rongo ; Rapa Nui ; Ile de Pâques ; Podocarpus Catifolia ; 1869 Iles de Pâques ; Mgr Jaussen.

Petit morceau de bois gravé, je suis un Rongo Rongo, une tablette de l’île de Pâques, Râpa Nui. Je suis surnommée « l’échancrée » en raison de l’éclat de bois qui m’a quelque peu altéré. J’étais protégée par un écheveau de cheveux de 16 mètres de long qui était enroulé autour de moi.

Entièrement confectionné avec des cheveux humains, ce cordon est composé de 16 brins. Chaque brin a été tressé avec une vingtaine de cheveux. J’ai été taillé dans du bois dont le nom scientifique est « podocarpus catifolia », un conifère qui pourtant n’a jamais poussé sur l’île de Pâques.

Je suis entièrement gravée et mes motifs ont toujours intéressé les chercheurs quels qu’ils soient. Beaucoup ont comparé mes motifs a une forme d’écriture mais personne n’est encore arrivé à me décrypter de manière incontestable. Je reste encore un mystère, un autre mystère de l’île de Pâques qui en recèle bien d’autres. J’ai quitté l’île de Pâques en 1869 avec le Père Gaspard Zumbohm, Picpucien, qui m’a remis à Monseigneur Tepano Jaussen, de la part des habitants de l’île de Pâques.

Je suis ensuite partie à Rome et c’est Monseigneur Coppenrath qui m’a rapporté à Tahiti en septembre 1975.

Production: ICA (SPAA) / CPSH (Service de la Culture et du Patrimoine) / RFO Polynésie (Polynésie 1ère) / Musée de Tahiti et des Îles, Collection Archives PF

Illustration : gravure ancienne appui-nuque

Synthé : appui-nuque ‘uru’a ; William Ellis ; Uru ; Georges Bennet ; 1821 LMS ; 1978 Tahiti.

E au tō’u hoho’a i to te pa’etohe. E ‘ūru’a ra tō’u i’oa, e parau atoa hia ra e tatou i teie tau e tūru’a, mai ta tatou tūru’a ta’otora’a i mātau noa na. Ua taraihia na vau i roto i te rā’au uru. Ia au i te pāpa’i a te ta’ata peretane ra o William Ellis i roto i tāna puta « A la recherche de la Polynésie d’Autrefois », e topa maita’i te ta’oto o te mā’ohi e rave iā’u ei tūru’a ta’otora’a.

No tō’u huru, e hapehia e, e na te tahi ta’ata ‘aravihi no teie tau i tarai iā’u.

E mea iti huru po’opo’o tō’u vāhi vaira’a upo’o. Mai te tūru’a pāpū maita’i ra vau, e’ita ho’i au ti ‘opa’opa i te taime ta’otora’a.

Mai Tahiti atu nei au i te ravera’ahia i te matahi 1821 ra, e te ta’ata ra o Georges Bennet no te tōtaiete mitionare no Ronetona. I muri iho, riro atura vau i te ta’ata ia James Hooper. I te ho’o-pāte-ra’a i tāna mau tauiha’a i ho’ohia mai ai au e to tātou Fare Teanavaharau. E oa’aoa iti rahi tō’u i te fa’aho’i fa’ahoura’ahia mai au i tō’u a’ia iti nei, e i rotopu i tō’u iho nuna’a.

Production: ICA (SPAA) / CPSH (Service de la Culture et du Patrimoine) / RFO Polynésie (Polynésie 1ère) / Musée de Tahiti et des Îles, Collection Archives PF

Illustration : gravure ancienne appui-nuque

Synthé : appui-nuque ‘uru’a ; William Ellis ; Uru ; Georges Bennet ; 1821 LMS ; 1978 Tahiti.

Je ressemble à un tabouret de petite taille, mais je n’en suis pas un. En fait, je suis un appui-nuque ou appui-tête selon les traductions. Mon nom tahitien est uru’a ou turu’a. Ce terme est d’ailleurs encore utilisé de nos jours pour désigner un coussin. A l’époque j’étais utilisé comme un coussin, mais en beaucoup moins confortable. Pourtant, William Ellis atteste dans son livre « A la recherche de la Polynésie d’Autrefois » que mes utilisateurs « dormaient aussi profondément que les habitants des régions civilisées le font sur le duvet le plus moelleux ».

En bois d’arbre à pain, le uru, je suis taillé dans la masse d’une seule pièce de bois. Ma partie supérieure est incurvée, ceci afin d’épouser au mieux la tête et deux solides pieds sur les côtés maintiennent ce plateau. Leur base est légèrement cintrée mais un petit décrochement a été façonné afin d’équilibrer l’ensemble. Mes lignes, très tendues semblent avoir été dessinées par un designer moderne.

Je fus recueilli par Georges Bennet de la London Misionnary Society en 1821, lorsqu’il séjourna à Tahiti. Je fus racheté en 1978 par le Musée de Tahiti et ses îles lors de la vente aux enchères de la célèbre collection Hooper.

Production: ICA (SPAA) / CPSH (Service de la Culture et du Patrimoine) / RFO Polynésie (Polynésie 1ère) / Musée de Tahiti et des Îles, Collection Archives PF

Originaire des Tuamotu, Jean TAPU était un grand chasseur sous-marin émérite et le second champion du monde français de la spécialité.Il participa à de nombreuses compétitions, au Portugal, à Cuba, en Italie, à Moorea individuellement ou e équipe.En 1967, il remporta la 8ème édition du championnat de pêche sous-marine en apnée à Cayo Avales (Cuba) grâce à un total de prise de 250 poissons sur deux journées de compétition. Un record jamais égalé jusqu’à ce jour.

Il fut également l’un des grands pionniers de la perliculture aux Tuamotu.

Jean Tapu s’en est allé le 2 février 2018 à l’âge de 88 ans.

Palmarès:

– Champion du monde individuel en 1967 (Cayo Avales) ;

– Champion du monde par équipes en 1965 (Moorea) ;

– 3e du championnat du monde individuel en 1965 (Moorea) ;

– Champion d’Europe par équipes en 1967 (Ustica (Italie)) ;

– Vice-champion d’Europe individuel en 1967 (Ustica) ;

– Champion de France par équipes en 1967 (les places en équipe de France s’obtenant uniquement en métropole).

« Le mois de juillet est un mois de fête. Après les jeunes élèves des écoles, au tour des troupes de danse de faire le show. Pour cette édition 2017, le Heiva i Tahiti fait la part belle aux hīmene avec 16 groupes de chants mais aussi à la catégorie amateur Hura ava tau pour le ‘ori tahiti. À partir du 6 juillet, douze groupes seront sur la scène de To’ata : huit en Hura ava tau et quatre chez les professionnels Hura tau. Au-delà du concours, l’autre moment très attendu du public et des participants concerne la soirée de la remise des prix. Le 19 juillet, les organisateurs honoreront le groupe Temaeva fondé et dirigé par Coco Hotahota. En 55 ans d’existence, cette troupe a marqué de son empreinte le Heiva en multipliant les récompenses et les prises de position. Le Heiva ne s’arrête pas uniquement à un concours de danses et de chants, c’est aussi un moment de communion entre une population et sa culture. Marche sur le feu, sports traditionnels, artisanat, spectacle sur le marae, autant de moments à partager en ce mois festif de juillet. Autre temps fort : le spectacle au marae‘Ārahurahu à Pā’ea. Coco Hotahota fait son grand retour sur le marae avec « Te Hau pahu nui », un spectacle traditionnel racontant l’alliance de trois chefferies.

Le mois de juillet est aussi très attendu par le Service de la Culture et du Patrimoine et par un grand nombre de personnes impliquées dans notre culture. Après des années de dur labeur, de nombreuses étapes franchies, une expertise rigoureusement menée, et un travail d’équipe acharné, la candidature du « Paysage culturel Taputapuātea » à l’inscription sur la liste des biens du Patrimoine Mondial pourrait bien connaître son dénouement. En avril dernier, le Ministère de la Culture a reçu la confirmation que notre candidature serait maintenue à l’ordre du jour de la 41e session du Comité du Patrimoine mondial qui doit se tenir du 2 au 12 juillet, à Cracovie en Pologne. Depuis, la délégation se prépare à y participer. Nous sommes là, de tout cœur derrière eux, pour les soutenir dans ce grand moment historique pour notre fenua. »

Premier journal culturel mensuel gratuit de Polynésie française, Hiro’a est l’expression de la synergie entre 7 établissements et services devenus partenaires sous la tutelle du Ministère de la Culture. Né en septembre 2007 et tiré à 5 000 exemplaires en quadrichromie, retrouvez-le dans les grandes surfaces, hyper et supermarchés, librairies, hôtels, mairies etc., ou téléchargez-le, comme près de 2 000 internautes chaque mois, sur les sites suivants : www.conservatoire.pf, www.museetahiti.pf, www.culture-patrimoine.pf, www.cma.pf, www.maisondelaculture.pf et www.artisanat.pf

Découvrez vite ce nouveau numéro sur www.hiroa.pf !

Découvrez le Hiro’a du mois de juillet disponible en téléchargement sur le site de la Maison de la Culture

Viv(r)e le patrimoine